Bibliothèque

Bibliothèque François-Mitterrand

  • Horaires habituels

    • Mardi : 15h - 18h
    • Mercredi : 10h - 12h / 15h - 18h
    • Jeudi : 15h - 18h
    • Vendredi : 15h - 18h
    • Samedi : 10h - 12h30 / 15h - 17h

9 rue Jean Jaurès
38610 Gières

04.76.89.37.28

Fermetures annuelles
Du 5 au 19 août 2019 Le vendredi 1er novembre Du 25 au 1er janvier 2020

Fermé. Réouverture Mardi à 15:00

Accès
Bus 15 (arrêt place de la République) Bus 14 (arrêt Edelweiss) Tram B et C (arrêt gare de Gières) Parking en face et derrière la bibliothèque

Calendrier
« septembre 2019 »
Calendrier en jours du mois
lunmarmerjeuvensamdim
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456

Idiss (Robert Badinter)

note: 3Intimiste et émouvant Nicole H - 18 juillet 2019

L’auteur a écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Ce n’est ni une biographie, ni une étude sur la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus [...]

Les mafieuses (Pascale DIETRICH)

note: 2Un polar féministe et grenoblois Nicole H - 18 juillet 2019

La mafia vue du côté des femmes : Leone, chef de la mafia grenobloise, meurt suite à une attaque cardiaque. Mais avant de mourir, il charge un tueur à gages [...]

L'Une rêve, l'autre pas (Nancy Kress)

note: 3A quoi sert le sommeil ? Nicole H - 18 juillet 2019

Alors que deux jumelles viennent au monde, l'une d'entre elles bénéficie d'une modification génétique qui lui permet de ne plus dormir.
Un court roman qui interroge la société avec beaucoup de [...]

Critique

 

La sonate à Bridgetower (Emmanuel Dongala)

note: 2La sonate à Bridgetower Robert - 10 juin 2017

Roman dédié à la musique, aux tumultueuses idées du XVIII ième siècle où l'on commence à exiger l'égalité entre les Blancs et les Noirs. George Bridgetower est un violoniste prodige de neuf ans...noir. Il parcourt l'Europe où les puissants font la loi mais lui que deviendra-t-il ? Il croise Kreutzer, Haydn et Beethowen, personnage antipathique au possible. Bon roman où la musique joue un rôle, ainsi que la défense des esclaves...mais cinquante pages en moins aurait dynamisé le livre. Par chance, l'auteur évite le prosélytisme !